Grèce/Europe : quelles alternatives ?

affiche_kouvelakis_v5
Le jeudi 24 novembre prochain, LÉclairCit, en partenariat avec le collectif Aube de soutien au Peuple Grec, invite Stathis Kouvelakis pour une conférence sur la situation de la Grèce, et les responsabilités de l’Union Européenne dans le véritable cauchemar que vivent quotidiennement les citoyen-ne-s de ce pays. Quelle alternative au dépeçage d’un pays à l’agonie ?

Stathis Kouvelakis est professeur de philosophie politique au King’s College de Londres. Il est ancien membre du comité central de Syriza et aujourd’hui membre d’Unité Populaire.

A cette occasion, dans le cadre des actions menées par le Collectif de soutien au peuple grec-Aube, nous vous proposons un geste solidaire : apportez vos médicaments non-périmés. Nous les enverrons en Grèce, dans les dispensaires solidaires qui ne survivent que par la solidarité. Merci à vous.

Alors que le peuple grec se prononçait massivement (61\%) le 5 juillet 2015 contre les mesures proposées par l’Union européenne, un troisième mémorandum approfondissant et consolidant les deux précédents était signé le 14 août 2015, suite à la capitulation d’Alexis Tsipras face aux demandes de la Troïka, des créanciers du pays (Commission Européenne, Banque Centrale Européenne et FMI). Il devenait dès lors clair que ces institutions ne laisseraient aucun gouvernement national mener une politique de rupture avec les recettes néolibérales et que la seule issue était d’assumer une rupture avec celles-ci. Faute de l’avoir fait, tout gouvernement prétendant mener une « autre politique » sera amené à suivre la voie d’Alexis Tsipras, c’est-à-dire trahir le mandat des électeurs et se soumettre aux diktats des cercles dominants de l’UE, représentant le collectif des diverses oligarchies nationales.

Près d’un an après (23 juin 2016), ce sont les citoyens britanniques qui se prononçaient en faveur du BREXIT. Même si les causes des votes grec et britannique diffèrent en apparence, il n’en demeure pas moins que le déni de démocratie de l’institution européenne engendre une défiance et une colère citoyennes croissantes à l’égard de l’UE et de ses dirigeants.
Pourtant, que nous disent les médias dominants depuis des décennies ? Que cette colère et cette défiance sont le seul résultat de réactions populistes engendrées et attisées par des mouvements extrémistes de droite et de gauche. Bref, ils assurent sans vergogne la promotion de l’Europe de l’austérité.
Il s’agit là ni plus ni moins d’une œuvre de propagande qui consiste, d’une part, à placer le citoyen européen dans la peau d’un ignare qui ne comprend rien à la réalité du Monde « moderne » et d’autre part à le convaincre de l’idée selon laquelle le clivage gauche-droite n’a plus lieu d’être dans un tel monde.
Cette conférence est donc une belle occasion de proposer un éclairage différent sur cette grave crise qui nous concerne. Non, nous ne sommes pas des ânes qui n’ont pas soif, en tout cas pas à LÉclairCit ni au collectif de soutien au Peuple grec, et nous vous espérons donc nombreux le 24 novembre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *