Το τανγκό της Νεφέλης – Le tango de Néphélé

Pas toujours de la politique ! Quoique cette jolie chanson, interprétée par la très populaire Haris Alexiou, sur une musique de la canadienne Loreena MacKennitt, à partir de la légende de Néphélé, que Zeus aida dans son malheur en lui envoyant le bélier à la toison d’or … Heureux les Grecs du temps où les grands avaient pour morale de ne pas les dépouiller !

Το χρυσό κουρέλι

που στα μαλλιά της φόραγε η Νεφέλη

να ξεχωρίζει απ' όλους μες στ' αμπέλι

ήρθανε δυο μικροί μικροί αγγέλοι

και το κλέψανε

Δυο μικροί αγγέλοι

που στα όνειρα τους, θέλαν τη Νεφέλη

να την ταΐζουνε ρόδι και μέλι

να μην θυμάται, να ξεχνάει τι θέλει,

την πλανέψανε

Υάκινθοι και κρίνα

της κλέψαν τ' άρωμα και το φοράνε

κι οι έρωτες πετώντας σαϊτιές

την περιγελούν

Μα ο καλός ο Δίας

της παίρνει το νερό της εφηβείας

την κάνει σύννεφο και την σκορπά

για να μην την βρουν.
Le fichu d’or
que Nephélé portait dans ses cheveux
pour qu’on la distingue de tous dans les vignes,
deux petits anges sont venus
et l’ont volé
 
Deux petits anges
qui dans leurs rêves voulaient
nourrir Néphélé
de grenades et dε miel
pour qu’elle perde le souvenir, pour qu’elle oublie ce qu’elle voulait,
ils l’ont entortillée
 
Jacinthes et lys,
Ils lui ont volé son parfum et l’ont porté
Et les amoureux décochent leurs flèches
et se moquent d’elle
 
Mais Zeus le bon
lui apporte l’eau de jouvence
Il la transforme en nuage et la dissipe
pour qu’ils ne la trouvent pas

La légende complète pour les férus de mythologie : (empruntée à http://kulturica.com/k/mythologie/la-toison-d-or/)

« Athamas, roi d’Orchomène, avait épousé Néphélé, dont le nom signifie « Nuée ». Certains disent qu’il s’agissait de la nuée créée par Zeus à l’image d’Héra pour tromper l’ingrat Ixion, condamné au Tartare.

Athamas eut de Néphélé deux enfants, Phrixos et Hellé. Puis il s’éprit d’Ino et répudia Néphélé. Mais celle-ci, dans son malheur, ne fut pas oubliée par Héra et par Zeus.

Ino, qui avait donné à Athamas deux autres enfants, se prit de haine pour ceux de Néphélé et projeta de les perdre. Elle conçut un plan proprement machiavélique, qui n’épargna aucun habitant du pays d’Orchomène.

Ino commença par convaincre les femmes d’Orchomène de griller le blé qui devait servir aux semences et, lorsqu’on le planta, rien ne poussa. On ne récolta pas de blé cette année-là, et la famine s’installa sur le royaume. Athamas envoya donc à Delphes des émissaires pour demander un oracle. Mais Ino avait soudoyé les envoyés d’Athamas, et, lorsqu’ils rentrèrent à Orchomène, ils dirent au roi que la ramine s’arrêterait si l’on sacrifiait son premier fils, Phrixos, à Zeus.

Tout était prêt pour le sacrifice, et le couteau était déjà sur la tête de Phrixos, quand surgit le bélier d’or, fils de Poséidon, envoyé par Zeus. Le bélier enleva Phrixos, et Hellé, sa soeur, grimpa aussi sur le dos de l’animal. « Ne me laisse pas seule ici, disait-elle, à la merci de notre méchante belle-mère ! » Le bélier, qui avait de grandes ailes, prit son envol et emmena les deux enfants. Néphélé, qui se tenait non loin de là, eut tout juste le temps de dire à son fils qu’il lui faudrait sacrifier le bélier en l’honneur de Zeus quant il arriverait au terme de son voyage. Ce « terme du voyage » se trouvait en Colchide, pays où régnait un roi-magicien : c’était le pays qui fasait face à la Thrace, de l’autre côté (la rive asiatique) du Pont-Euxin qui relie la mer Noire à la Mediterranée.

Hellé, prise de vertige, tomba dans la mer. On donna à cette mer le nom d’Hellespont (appelée plus tard le Pont-Euxin, et maintenant mer de Marmara), en son souvenir.

Quant à Phrixos, le bélier le déposa sans dommage en Colchide, où le roi Æétès l’accueillit et lui donna sa fille Chalciopé en mariage, sans demander de dot. Phrixos, qui n’était pas un ingrat, sacrifia le bélier en l’honneur de Zeus, comme sa mère le lui avait demandé, et donna la toison de l’animal fabuleux à Æétès.

Phrixos, qui passa toute sa vie en Colchide, eut quatre fils de son union avec Chalciopé, quatre fils qui se joignirent à l’expédition de Jason et retournèrent en Orchomène pour récupérer leur héritage.

Mais tout ceci est une autre histoire…

Note géographique : La Colchide était, encore dans l’antiquité, une région située sur la côte orientale de la Mer Noire (il est donc logique que, venant de Thrace, le bélier d’or passât par l’Hellespont pour rejoindre la Colchide). Cette région, bordée au nord par la chaîne du Causase et baignée par le Phase (aujourd’hui Rion), se nomme aujourd’hui Géorgie. Une petite région de Géorgie, située juste au pied du Caucase, s’appelle encore aujourd’hui « Kolchida ». »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *