Grèves contre les nouvelles mesures d’austérité

agriculteurs Grèce

AGRICULTEURS, LA GUERRE DES FRONTIÈRES:

On le sentait venir depuis 2 jours : c’est aux accès des frontières que se joue le bras de fer entre les agriculteurs et le pouvoir.
D’une part, le poste de Bastion à la frontière gréco-bulgare où les forces de police empêchent les tracteurs de s’approcher du poste frontalier. C’est donc à pied que les agriculteurs très remontés ont manifesté jusqu’à 100 mètres de la douane, sous l’œil vigilant de la police. «Notre mouvement est symbolique et nous voulons protester contre le refus de la police de nous laisser venir jusqu’ici avec nos tracteurs. »
D’autre part à Evzoni ( Frontière Grèco-Macédonienne) se joue un autre bras de fer entre manifestants et forces de police. Des renforts arrivent de toute part pour ce qui risque d’être un autre centre noeudal de la lutte paysanne. Une AG est prévue pour déterminer les futures actions ce soir à 19H.
Plus au sud, dans la région de Tempe, les tracteurs ont érigé un barrage à Platykampos .
A Lefkada, un barrage a été érigé à Vonitsa.
A Naoussa, nouveau barrage à Imathias et Pella avec le soutien de travailleurs du privé.
A Sparte il ya aura un grand rassemblement et une manifestation le 6 février.
A Argos il y aura un rassemblement avec le soutien de nombreux travailleurs ce jeudi 2 février.
CRETE: Les agriculteurs ont créé une série de manifestations locales, des blocages et d’autres actions, afin de continuer leurs protestations. Le barrage de Chania a reçu la visite d’une délégations de marins solidaires du syndicat PEMEN Le vendredi 3 Février, est prévue manifestation à 10h, au Centre pour la collecte des cotisations d’assurance (Keao) à Héraklion, en réponse à des saisies pour dettes inférieures à 5.000 euros dans les petites et moyennes exploitations, où les producteurs sont incapables de payer leurs taxes et cotisations sociales.

La frontière gréco-macédonienne fermée par une manifestation d’agriculteurs grecs

31/01/2017

Environ 200 agriculteurs grecs bloquaient mardi avec leurs tracteurs le poste-frontière avec la Macédoine à Evzoni (nord), en guise de protestation contre les mesures de rigueur du gouvernement, a-t-on appris de source policière.

Cette manifestation entrave le passage de quelques dizaines de camions en route vers la Serbie et la Macédoine, selon la même source.
« Avec les réformes sur l’imposition des revenus et l’augmentation des cotisations, nous sommes contraints de payer 47% du total de nos revenus », a déploré Yorgos Sidiropoulos, membre du comité de coordination du mouvement de la région.

Sous la pression de ses créanciers, UE et FMI, la Grèce a adopté l’année dernière une série de lois entrées en vigueur le 1er janvier et prévoyant l’augmentation de l’imposition des agriculteurs et de leurs cotisations, à l’instar de mesures prévues pour les professions libérales et les salariés.

Ayant bénéficié pendant longtemps d’une imposition très légère, les agriculteurs avaient protesté à plusieurs reprises l’année dernière contre ces nouvelles mesures, qui font partie des politiques de rigueur imposées au pays endetté depuis plus de sept ans.
« Nous ne savons pas pour combien de jours la route sera fermée, hier (lundi) 500 personnes ont manifesté et chaque jour nous faisons des réunions pour décider notre action », souligne Yorgos Sidiropoulos, appelant le gouvernement à « s’intéresser aux problèmes des agriculteurs » et « ouvrir un dialogue ».

Des agriculteurs du département de Serres (nord-est), proche de la Bulgarie, avaient tenté ces derniers jours de bloquer le poste-frontière gréco-bulgare mais en avaient été empêchés par la police.

https://www.lorientlejour.com/article/1032501/la-frontiere-greco-macedonienne fermee

 

31/01/2017

MANIFESTATION DES HANDICAPÉS DANS LES LOCAUX D’EOPYY

Ce matin les membres du mouvement pour l’autonomie des Handicapés « Tolérance zéro » ont envahi les locaux de l’Agence nationale de Santé (EOPYY) à Athènes pour protester contre les nouveaux contrats qui lient l’Agence avec les prestataires de services de santés ( fournisseurs de fauteuils roulants, prothèses etc…)
« L’agence EOPYY imagine que nous allons acheter nos fauteuils roulants à la pharmacie et que nous utiliserons les prothèses de cette liste de prestataires honteux . Les pratiques néolibérales et l’adoption de critères financiers stricts, tout en servant la politique de réduire les dépenses publiques, viole les conditions de la dignité des personnes handicapées. Le coût élevé de notre matériel ( l’OMS l’ estime 3 fois plus cher que le coût normal…) va nous être transféré, avec des conséquences douloureuses pour notre propre vie. Le manque de services médicaux et autres nous ramène à une époque où l’invalidité semblait être une tragédie personnelle. Désobéissance politique, vos soi-disant consultations ne passeront pas», a déclaré un communiqué de protestation des membres du Mouvement «Tolérance zéro».

GRÈVE ET MANIFESTATIONS DANS L’INDUSTRIE DES TELECOMMUNICATIONS :

Les problèmes dans le secteur des télécommunications sont nombreux: intensification du travail flexibleagriculteurs Grèce, préconisation des contrats de travail, licenciements etc…
Les syndicats de base des travailleurs de l’industrie des télécommunications et de la technologie, qui luttent depuis des années pour obtenir un accord de négociation collective, alors que les employeurs refusent obstinément, ont décidé d’unir leurs forces et de se livrer à une action dynamique. Aujourd’hui les employés de Nokia se sont mis en grève , demain ce sera le tour de ceux de CYTA et l’Association nationale des travailleurs des magasins WIND ont annoncé une grève de 24 heures le jeudi 2 Février. Des manifestations seront organisées en dehors des deux bâtiments de la société.
Les syndicats et la coordination des travailleurs des télécommunications et de la technologie exigent la cessation des licenciements, l’abolition de toutes les formes de relation de travail flexible et demandent la signature d’une convention collective pour le secteur.

LES MUNICIPAUX GRECS EN LUTTE :

Contrairement à ce que l’on pourrait penser tous les employés municipaux en Grèce ne sont pas des fonctionnaires au statut stable.. Nombre d’entre eux travaillent avec des contrats de plus en plus précaires. Le désespoir les gagne ainsi que la peur de se retrouver sans emploi à la fin de leur contrat … « Nous ne demandons pas la charité mais nous voulons vivre avec nos familles! »
Ils se sont rassemblés avec leurs familles devant le Ministère de l’Intérieur pour exiger la résolution de leurs problèmes.
Vidéo: https://youtu.be/XmB8PlFPVVg

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Un contribuable sur deux (4,14 millions de personnes) a des dettes échues envers l’Etat, et 839 056 personnes sont sous le coup d’un jugement qui emporte la confiscation des biens (Kathimerini)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *