Les fascistes et mafieux s’en prennent aux bénévoles de Nea Philadelphia

06032017-_DSC2555 copie

Depuis 1 mois et demi un groupe (plusieurs centaines de personnes très organisées) composés de fascistes et de mafieux bloque les locaux de l’assemblée populaire du quartier de Nea Philadelphia.

C’est dans ce quartier qu’un dispensaire a été ouvert, essentiellement par des bénévoles. Notre amie Emmy (qui était avec nous en 2015 à la fête de l’Huma pour présenter l’expo et la conférence sur les réfugiés du City Plaza) y travaille comme médecin psychiatre bénévole.

Les camarades n’ont plus accès aux lieux qui leur servent de base pour militer (réunions politiques, culturelles etc…) . Ils ne peuvent plus coller leurs affiches ou distribuer de tracts.  car les groupes fascistes/mafieux viennent en nombre les menacer physiquement . Les fascistes et mafieux sont tous les jours devant les locaux qu’ils ont repeint (voir les photos) aux couleurs du club de foot AEK.

Un élu Syriza de la mairie a été agressé . Emmy s’est entendu dire qu’elle avait une voiture bleue … sous entendu « on va s’en occuper. »

Pourquoi un conflit avec AEK ?

AEK est l’un des club de foot d’Athènes. Ces clubs sont tenus par des mafieux qui sont aussi des armateurs. La gestion du club est donc privée, entre les mains de ceux qui font cause commune avec les fascistes. Les mafieux financent des groupes violents (milices) disponibles à tout moment.

A Néa philadelfia il y a un terrain qui est revendiqué par AEK. Ce terrain est trop petit pour le stade . Pour le construire il faut détruire une partie d’un parc contigu. Cette destruction va tuer des espèces animales et végétales. Les camarades et la mairie Syriza s’opposent à cette destruction et proposent une solution alternative de sport pour tous.

L’intérêt de construire ce stade est qu’il va bénéficier de subventions publiques qui iront à un groupe mafieux pour des intérêts privés.

Que faire face aux fascistes ?

Les camarades sont dans une impasse totale. Il est quasiment impossible d’apparaître pour résister. Nos camarades sont physiquement et politiquement en danger.

Cela signifie que le fascisme impose sa terreur .

Le collectif de soutien au peuple grec-Aube soutient les bénévoles, les militants du quartier de Nea Philadelphia. Nous ne cèderons pas au fascisme qui, chez nous en France, guette toujours le moment où ça peut déraper, qui noyaute les forces de l’ordre (voir les « débordements » lors des manifestations contre la loi Travail ou de simples contrôles d’identité) et qui veut imposer sa loi en Europe.

Nous sommes à vos côtés dans ce combat, nous pensons bien à vous, à toi Emmy

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *