La jeunesse grecque acculée à l’émigration

https://www.letemps.ch/monde/2017/05/17/jeunesse-grecque-acculee-lemigration

 

Fabien Perrier, Athènes
Publié mercredi 17 mai 2017 à 21:58, modifié mercredi 17 mai 2017 à 22:01

Une grève générale a paralysé la Grèce mercredi. Un signe de plus de l’inquiétude qui règne dans le pays alors que le parlement s’apprête à se prononcer sur un nouveau plan d’austérité. De plus en plus d’étudiants songent à s’en aller

Ce mercredi, la Grèce était plongée dans une grève générale de 24 heures et des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues d’Athènes. Ils dénonçaient les nouvelles mesures d’austérité votées ce jeudi par la Vouli, le Parlement grec. Fait notable, dans un pays soumis à l’austérité depuis sept ans, les jeunes occupaient une place importante dans le cortège. Leurs slogans? «Non au dépeçage du pays», «Etudiants en colère»… Car les mesures inquiètent la jeunesse grecque, de plus en plus tentée par l’exil. Faute d’horizon professionnel.

Un Etat social en voie de disparition

Thanos Pagkoutsis 19 ans est de ces étudiants en colère. Sous les palmiers de l’Université Panteion, à Athènes, où il est étudiant, la Grèce a pourtant des allures de paradis. A quelques mètres, un bassin apporte une fraîcheur bienvenue à l’heure où la chaleur commence à envahir la Grèce. Le cadre est idyllique. Mais Thanos, comme ses amis, ne peut masquer son désespoir. «Je viens de Macédoine de l’Ouest. Cette région détient un record européen: le taux de chômage le plus élevé», ironise le jeune homme. Qui poursuit: «Maintenant, nous voyons tous les jours, en Grèce, des gens fouiller dans les poubelles pour manger.» Pour lui, rien ne va changer. «L’accord que le gouvernement a passé le 2 mai avec l’Union Européenne va encore saigner la Grèce», explique-t-il à propos de l’ensemble des mesures réclamées à Athènes par ses créanciers, et votées le 18 mai à la Vouli, le Parlement grec.

«L’énergie va être privatisée», remarque l’étudiant en questions régionales, européennes et internationales. Ce secteur, l’une des principales ressources industrielles hellènes, repose notamment sur l’exploitation du lignite dans le nord de la Grèce. «Si la compagnie est privatisée, les mines vont être fermées; ce sera des licenciements à tous les étages, assure Thanos; notre région est finie, et nos vies avec.» Son père mécanicien à la DEI (compagnie nationale d’électricité) et sa mère enseignante ont déjà vu leurs salaires chuter de plus de 30% depuis 2010. Nouvelles coupes dans les retraites, déjà amputées à 13 reprises depuis le début de la crise en 2010, et de nouvelles hausses d’impôts y compris pour les ménages à la limite du seuil de pauvreté, pour un montant de 4,5 milliards d’euros. L’Etat social est en train d’être détruit, assène Thanos, excédé. Lui voit son avenir hors de sa terre natale.

Plus de 280 000 Grecs ont quitté le pays entre 2010 et 2015, selon une étude menée pour la London School of Economics par Lois Labrianidis, professeur en géographie économique. Ils seraient 350 000 à être partis entre janvier 2008 et juin 2016, selon Endeavor, un réseau de jeunes entrepreneurs, et même 427 000 sur la même période selon la Banque de Grèce. Cet exode est une véritable hémorragie pour un pays d’à peine 11 millions d’habitants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *