La cuisine solidaire comme antidote à la crise

https://lepetitjournal.com/athenes/actualites/constantinos-polychronopoulous-la-cuisine-solidaire-comme-an

CONSTANTINOS POLYCHRONOPOULOUS – Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 28/09/2017 à 00:00 | Mis à jour le 28/09/2017 à 00:00

 

Cadre supérieur dans le marketing, Constantinos, 46 ans, a dû se résoudre, après son licenciement, à retourner vivre auprès de sa mère. Plus d’emploi, pas d’espoir de décrocher un nouveau poste après 2 ans de recherches intensives restées vaines…. Mais observant de nombreux Grecs dans des situations tragiques, pire que la sienne, fouillant les poubelles pour trouver de quoi se nourrir, il décide de se retrousser les manches et de venir en aide aux autres.

L’idée de la cuisine sociale baptisée « l’autre être humain » est née ! Quant à son initiative, Constantinos considère qu’elle est le moteur d’une solidarité humaine sans précédent et ne se limite pas simplement à offrir des repas. Il ajoute même que « la solidarité n’a rien à voir avec la philanthropie ou la charité. Solidarité veut dire Amour et Respect! C’est de cela dont nous avons besoin, qui nous fait nous surpasser ».

La cuisine sociale et solidaire se déplace même dans des quartiers jusque là épargnés par la crise : Kolonaki, Kifissia ….
La cuisine se fait chaque jour en fonction des dons. Tous les quartiers sont visités pour offrir des repas.

Chaque point de rencontre ressemble à un rituel : des bénévoles arrivent avec des voitures pleines à craquer : de l’alimentaire, mais aussi des couverts, des tables pliantes, des casseroles, et se lancent dans la préparation des repas . Ils font connaissance, mangent ensemble et construisent une passerelle de solidarité entre « les pauvres » et… les autres !

L’action de Constantinos a fait des émules et avec l’aide et l’encouragement de la population athénienne, 13 groupes se sont créés comme ceux de Megara, Lavrio, Salamina, mais aussi plus loin de la capitale comme à Lesvos où l’on prépare des repas pour les réfugiés.

3 millions de repas chauds ont été distribués dans la rue, depuis le lancement de l’opération en 2011. Le mouvement a essaimé en dehors des frontières grecques, en Espagne, en Italie.

En fin d’année 2015, Constantinos Polychronopoulos est élu Citoyen de l’Année par le Parlement Européen. Il a refusé son prix, arguant du fait que le Parlement Européen avait une grande responsabilité dans la crise qui étrangle son pays.

Depuis 4 ans, « l’Autre être humain » a son fief de base, à KerameiKos, rue Plataion 55. C’est un endroit hospitalier, qui permet aux sans-abris de prendre une douche, de changer de vêtements et bien sûr de manger. Une chambre remplie de jouets est dédiée aux enfants, ainsi qu’une bibliothèque.
2 à 3 fois par semaine, des bénévoles enseignent le grec. Ordinateurs et accès à internet complètent l’ensemble.

Pour en savoir plus et /ou apporter votre aide :
http://oallosanthropos.blogspot.fr/p/cuisine-sociale-l-autre.html

Vicky STRAPATSAKI (lepetitjournal.com/athenes) jeudi 28 septembre 2017

Le Petit Journal d’Athènes est un magazine d’information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *