Le scandale d’Hellinikon

 

La ville d’Hellinikon, dans la banlieue Est d’Athènes, recèle un site âprement convoité, celui de l’ancien aéroport abandonné au profit de celui qui fut construit pour les jeux olympiques de 2004. Sur le panoramique ci-dessus, on mesure la dimension du terrain, sa position idéale en bord de mer, sa proximité avec le centre de la capitale. Dans le contexte économique de la Grèce, où tout est à vendre pour limiter la dette et rassurer les créanciers, une société mixte a été montée pour “valoriser le site”.
Or, depuis 2011, sous l’impulsion du cardiologue Yiorgos Vichas, un Centre de soins autogéré s’y est installé et accueille les milliers de personnes en difficultés financières, la plupart sans aucune couverture sociale. Cela va du dépannage en couches et boites de lait pour les nourrissons aux soins d’urgence pour des diabétiques en manque de médicaments et qui risquent l’amputation d’un membre ou la cécité totale ! Le centre d’Hellinikon ne fonctionne qu’avec des bénévoles, sans le moindre euro en caisse (c’est même une règle imposée par le docteur Vichas). Seuls les dons matériels et le temps offert sont acceptés.

Le 31 mai 2018, Elliniko A.E., l’agence gouvernementale en charge du site (les deux photos des lieux sont extraites de leur site Internet), a envoyé au Centre autogéré un avis d’expulsion. La Clinique Sociale Métropolitaine d’Εllliniko devra quitter les lieux le 30 juin 2018 au plus tard, afin que les terrains puissent être cédés à l’acheteur définitif. Malgré des appels lancés auprès du Ministre des Finances, M. Tsakalotos, du Ministre d’État M. Flabouraris, du Secrétaire Général Coordonnateur Gouvernemental, M. Papayannatos, et à d’autres ministres et PDG de sociétés privées de développement immobilier, aucune solution ou alternative pour relocaliser la Clinique n’a été proposée. Bien au contraire, on attend de l’équipe de bénévoles qu’ils s’en aillent avant le 30 juin et arrêtent immédiatement leur activité auprès de la communauté.
L’agence gouvernementale Ellinikon A.E explique sur son site Internet « Le développement de cette zone, sa transformation à usage mixte, est d’importance nationale. Ce sera un pôle de reconnaissance internationale, renforçant l’attractivité de la région d’Athènes en tant que destination touristique mondiale et en tant que centre d’affaires, mais ce sera aussi un pôle de divertissement et de santé en Méditerranée orientale. » (sic)
En bon grec comme en bon français, on veut construire des marinas de luxe, des résidences cinq étoiles, un parc d’attraction à l’américaine, autant de choses que la jeune génération dite des 400€, les retraités amputés des trois quarts de leur retraite, les chômeurs et les travailleurs sans salaires apprécieront et pourront fréquenter facilement. La ligne rouge du métro les y conduira en quelques minutes !

La situation pourrait être risible si des vies n’étaient pas en jeu. En effet, d’un côté nous avons un centre d’accueil intégralement gratuit et de l’autre côté un juteux projet immobilier qui plaira peut être à quelques privilégiés mais sûrement pas aux Grecs. Le terrain a été vendu par l’État 915 millions d’euros. II est difficile de connaître avec exactitude l’identité des nouveaux heureux propriétaires. On a parlé de la société privée Lambda Development, du groupe chinois Fosun, d’une société d’Abou Dhabi…
Le site fait 620 hectares, ce qui m’amène à une idée simple : la clinique du docteur Georges Vichas se compose d’un parking qui, à vue de nez, doit pouvoir accueillir une trentaine de véhicules et un petit bâtiment de la taille d’une modeste villa (une salle d’accueil et d’attente, deux petits cabinets de consultation, une salle de soins dentaires, une pharmacie…). Autant qu’il m’en souvienne, j’estime la surface à 2000 m² environ soit 0,2 hectare, soit 0,32% de la surface acquise par Ellinikon A.E. Si la somme engagée est bien celle annoncée par les journaux de 915 millions, on peut imaginer que prise d’une soudaine grandeur d’âme la société Ellinikon A.E pourrait céder ces 20 ares de terrain d’une valeur de 915 millions divisés par 620ha, soit 1 475 806€ l’hectare. Le terrain de la clinique autogérée fait 1/5° d’hectare et vaut donc 295 161€.
Que peut représenter une somme de 300 000€ dans le bilan d’une telle société ? Que peut représenter cette ridicule somme au regard de la gigantesque opération immobilière prévue par le futur propriétaire ? Je suis sûr qu’un tel geste venant des promoteurs et pérennisant la clinique du docteur Vichas leur rapporterait encore de l’argent, en tant qu’argument publicitaire ! Je suis même sûr qu’en se cotisant avec quelques amis européens, nous arriverions à rembourser les dits bienfaiteurs de ce modeste cadeau : un petit bout de terrain en bordure du site, tout près de la grande avenue Vouliagménis, bruyante et impropre au tourisme de luxe !
Cela vaudrait sans doute le coup d’adresser des courriers à Hellinikon A.E ! Puisque leur site comporte une page de contacts, quoi de plus simple que de leur exprimer notre indignation, leur demander d’en parler au promoteur, de rappeler le prix ridicule du terrain occupé au regard des profits potentiels sur le site, de proposer le rachat du Centre si, nulle part ailleurs, il n’existerait 2000 m² de terre avec un bâtiment de cinq-six pièces pour le peuple grec… J’y vais de ce pas….

 Jean-François AUPETITGENDRE

8 Juin 2018

Source

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *